Engelwine Aéledfeorh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Engelwine Aéledfeorh

Message  Engelwine le 25.01.12 12:36

Nom: Engelwine Aéledfeorh
Surnom(s):
"Engel" , "Engy" par ses amis
Aenilellon ou "Aeni", son nom en Sindarin seulement utilisé par son bien aimé Mioril

Dates de naissance (âge): 2985 TA
Sexe: Femme
Race: Humaine
Culture et origine: Rohirril
Signes particuliers:
on ne peut le voir quand elle est en armure, seulement quelques personnes l'ont déjà vu... des ailes tatouées dans le dos par ses frères d'armes à Underharrow


si vous êtes un/une elfe, ne soyez pas étonné qu'elle vous parle en sindarin, elle l'a appris auprès de son tuteur. Elle voue une passion sans borne pour le peuple Eldar ce qui peut en étonner plus d'un. Avide de connaissance, elle sera ravie de vous écouter raconter vos longues années d'existence et surtout de partager quelques morceaux de musique avec vous.

Description physique:
Blonde comme les champs de blés avant la moisson, mais elle est souvent décoiffée, à croire que ses cheveux sont aussi rebelles qu'elle.
les yeux bleus et les traits plus fins, elle mesure 1m70, des muscles longs et apparents à force de manier les armes et le teint clair.

Psychologie:
Impétueuse, elle porte bien le nom de sa lignée... Aéledfeorh... "esprit de feu". Heureusement, son éducation fait qu'elle sait se tenir en société, elle pourrait sembler aussi impassible qu'un elfe. Mais, elle ne manquera pas de montrer son vrai visage si cela est nécessaire.
Elle aime énormément manipuler les armes, mais elle en reste pas moins féminine, aimant les robes, soirées mondaines... même s'il n'est pas toujours évident pour elle de laisser ses lames sur un ratelier... Oui...elle adore défier les hommes pour prouver sa valeur, mais elle sait aussi lacher-prise pour devenir une femme pleine d'attention et d'agréable compagnie
De nature perfectionniste, elle est capable de recommencer 100 fois la même chose tant qu'elle n'est pas arrivée à ses fins. On peut appeler ça de l'obstination.. mais Engelwine appelle ça la perfection...


Qualités: Sociable, loyale, courageuse, perfectionniste
Défauts: Impétueuse, perfectionniste

Compétences:
Combattante aguérie et fine lame. Comme toute Rohirril, elle est aussi bonne cavalière.
Stratège sur les champs de bataille, elle aime organiser manoeuvres et combats
Elle parle un peu le Sindarin en plus de sa langue maternelle. Ayant reçu une partie de son érudition par un malledhrim, elle connait un bon nombre d'histoires d'Arda.
Ferronière appliquée, elle progresse de jour en jour trouvant la motivation dans la confection de ses propres pièces d'armure...
Maitrise divers instruments grâce à Mioril et profite de son oreille musicale pour reproduire les morceaux qu'elle peut entendre à droite et à gauche

Son Histoire:
Née dans le village fortifié d'Underharrow dans la vallée d'Harrowdale, Engelwine a démontré très jeune son aptitude au combat plutôt que celui d'être une future fille à marier.
Au vue du caractère ingérable de sa fille, son père céda à sa requête. Après avoir fait ses preuves, elle fut engagée comme soldat dans un des détachements de Elfhelm sous la direction de Gutlàf Cairl.
Passionnée par le maniement des armes et la stratégie militaire, elle essaya de faire sa place malgré son statut de femme. Forte d'une grande ambition, Engelwine souhaitait un jour devenir un "laerowane", un maitre d'armes. Mais ses missions risquées exacerbèrent son tempérament. Ses parents décidèrent de faire appel à l'ami improbable de son père, un malledhrim. Ce dernier accepta de de devenir son tuteur. Il s'employa à continuer son érudition et la perfectionner au combat auprès de grands guerriers eldars. Pour prouver à son Cairl qu'elle deviendrait un jour un laerowane, elle accepta de partir en mission de reconnaissance vers l'Eriador. Des frères de lance d'Underharrow n'étaient jamais revenus de leur mission. Son tuteur, Mioril, l'accompagna dans cette aventure. Ensemble, ils parcourèrent Arda dans l'espoir de retrouver ces rohirrim. Entre temps, ils rencontrèrent les Héritiers du Cardolan qui les accueillirent au sein de leur confrérie. Ils ne retrouvèrent jamais les rohirrim perdus... Continuant son apprentissage auprès de ses nouveaux compagnons, Engelwine est décidée à perfectionner son art afin de retourner un jour auprès de ses pairs et obtenir le rang qu'elle désire tant. Mais elle sait qu'il lui reste encore du chemin à parcourir...


Dernière édition par Engelwine le 26.09.12 13:15, édité 10 fois
avatar
Engelwine

Nombre de messages : 758
Date d'inscription : 19/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Biographie

Message  Engelwine le 02.04.12 12:03

CHAPITRE 1 - Amitié improbable

La nature est ainsi faite... Arda prend une vie... et en donne une autre... 2985 3A,un notable du village meurt et au même moment, Thrymma et Faeger Aéledfeorh deviennent les heureux parents d'une petite fille aux cheveux naissants aussi blonds que les blés avant la moisson dans les plaines du Rohan...

Thrymma Aéledfeorh et sa femme sont propriétaires d'une belle ferme à Underharrow. C'est le premier hameau de la vallée de Harrowdale, situé au bord de la rivière Snowbourn au nord d'Edoras dans l'Ouestfolde. Même s’ils sont de souche noble, ils vivent humblement et élèvent quelques chevaux. Faeger aime par-dessous tout soigner les animaux. En effet, elle semble avoir quelques dons d'empathie avec les bêtes qu’elle n'hésite pas à partager avec les autres Rohannais. Thrymma est aussi un bijoutier qui préfère partir à l'aventure dans les contrées lointaines pour vendre ses bijoux plutôt que d'attendre les jours de marché à Underharrow. Les transactions rapportent souvent plus même si cela comporte quelques risques.
Faeger était enceinte sans le savoir quand Thrymma décida de partir vers le nord pour vendre ses créations. Durant son voyage, il tombe très malade et il est retrouvé inconscient sur sa monture par un groupe d'elfes de la forêt noire partis en exploration vers le sud. Reconnaissant les emblèmes du Rohan sur l'étalon, ils chuchotèrent entre eux et tombèrent d'un commun accord que l'homme avait peu de chance d'être un brigand. L’un d’eux ayant des dons de guérisseurs, ils le ramenèrent à leur campement pour lui prodiguer les soins nécessaires. Pris dans le délire de la fièvre, Thrymma prend l'un d’eux, dont le teint était aussi blanc que l'albâtre, pour un ange... même remis sur pied après quelques semaines de médecine elfique au campement, Thrymma continua d’appeler l’elfe «Engel ». Ce point ne manqua pas de faire sourire l'elfe qui n'avait de cesse de lui dire que son nom était Mioril. La convalescence de Thrymma suffit aux deux hommes pour se lier d'amitié. Resté longtemps au campement, il était temps de rentrer à Underharrow, Faeger devait être inquiète. Avant de partir, Thrymma fit cadeau de ses plus beaux bijoux à Mioril et ses compagnons. Les bagues et les colliers n'avaient pas la beauté de ceux des elfes mais leur valeur était bien au-delà de cette considération. Thrymma et Mioril se promirent de se revoir sous peu.

A son arrivée à Underharrow, Faeger ne put cacher sa joie et son inquiétude en apercevant son mari. Thrymma était parti trois mois... il n'avait rien vu... le temps avec les elfes s'écoule si différemment...
Et quelle fut sa surprise, lorsqu'il découvrit le ventre arrondi de sa belle. Il passa alors sa main sur son ventre et sans dire un mot, elle acquiesça en regardant Thrymma. Il la prit dans ses bras en prenant garde de ne pas l'étreindre trop fort, se souvenant qu'il portait son épée à la ceinture. Il relâcha Faeger, prit sa main et entra dans la ferme d'un air satisfait avec une légère culpabilité d'avoir laissé sa femme seule et enceinte entretenir la maison et s'occuper des bêtes. Faeger le remarqua et le rassura en lui expliquant que la solidarité des voisins lui avait permis de faire tout cela. Maintenant soulagé, Thrymma lui raconta tout son périple et sa rencontre avec les elfes et surtout sa nouvelle amitié avec Mioril.
Faeger aurait pu l'écouter toute la nuit si la grossesse ne la fatiguait pas tant. A son tour, Faeger prit le temps de lui raconter les nouvelles du quartier puis pris un air grave... L'Otherane qui gérait leur village était mort. Thrymma prit un air surpris, la nouvelle le laissa pantois... ils restèrent sur cette dernière note amère et allèrent se coucher l'un contre l'autre. Enfin, ils étaient de nouveau réunis.


CHAPITRE 2 - Naissance

Il restait au plus 2 mois avant l'heureux évènement. Thrymma était si heureux, il souhaitait partager cette joie avec son ami elfe. Il lui envoya une missive en lui précisant qu'il serait ravi de le revoir un jour pour lui présenter sa douce et bientôt le bébé. Tout le quartier connaissait les aventures de Thrymma, qui n'était pas avare de vantardise de connaitre un peu les elfes.
Les deux mois s'écoulèrent rapidement. Thrymma exigea que sa femme se repose et prit le relais à la ferme, laissant la confection de bijoux à sa femme qui devenait de plus en plus adroite. Finalement, elle se dit qu’elle pourrait aussi en faire son métier après la naissance de l’enfant.

Le jour de la naissance arriva. C'était l'aube, tout le monde était prêt à accueillir le nouveau bébé. La sage-femme prépara les linges et envoya Thrymma faire chauffer de l'eau. Ce dernier était si stressé que la sage-femme fit tout pour l'occuper. On entendait les cris de Faeger... la sage-femme s'enferma avec elle…
Thrymma s'assit la tête dans les mains contre le mur de sa maison, puis il regarda l'horizon. Dans un éclat du soleil naissant, il aperçut une silhouette à cheval qui s’approchait du village. Mais, le cavalier fut vite intercepter par les gardes. Le lancier se plaça face au cavalier et l’interpela :
[rohirric]- Qui êtes-vous? Que faites-vous à Underarrow?
L'homme répondit en commun : - Je suis… un ami de Thrymma Aéledfeorh. Je viens ici sous son invitation. Il prit soin d’omettre de se présenter… sachant très bien que les elfes n’étaient pas toujours très bien vus ou pris pour des êtres surnaturels pour le commun des mortels. Il tendit la missive frappé du sceau de la famille Aéledfeorh au garde puis ajusta sa capuche pour que l’homme discerne son visage mais surtout pas ses oreilles.
Ce dernier le regarda d’œil inquisiteur... et sans un mot de plus, il décida d'escorter cet homme mystérieux jusqu'à la demeure de Thrymma pour confirmer l'identité. Mioril suivit le garde docilement, affichant un sourire amusé à l'égard du rohir.
Thrymma était toujours sur le perron de sa maison quand il reconnut sans nul doute son ami elfe. Quelle coïncidence! Il arrivait à point nommé...
Mioril descendit de sa monture et empoigna le bras de son ami Thrymma. Il comprit lui aussi que c'était le jour...
- Et bien! J’arrive au bon moment on dirait!!!
- Quelle bonne surprise mon ami!
Le garde rassuré, repartit vers l’entrée du village reprendre sa faction.
Mioril pouvait lire l'anxiété dans le regard de Thrymma. Il regarda par-dessus l'épaule de son ami en direction de la maison et ajouta :
- ne t'inquiète pas, tout va bien se passer... dit-il sur un ton apaisant...
Quand soudain un râle se fit entendre dans la maison....puis le silence... et enfin les pleurs stridents d'un bébé.... Thrymma tressaillit, fit demi-tour et se rua vers la maison. La sage-femme le devança et ouvrit la porte la première. Elle sourit à Thrymma et lui tendit l'enfant qu'elle tenait dans ses bras bien emmitouflé dans une couverture épaisse et douce. Le bébé pleurait à pleins poumons d'avoir été arraché si vite de la chaleur de sa mère.
-tout va bien Sir Thrymma, tout s'est bien passé. Voici... votre enfant... votre fille! Je vous la confie le temps de m'occuper de votre dame.
La sage-femme laissa Thrymma sur le pas de la porte de la chambre, tenant l'enfant dans ses bras comme un trésor, quelque chose de précieux et fragile... mais qui braillait plus fort qu'une colonie de crébains...
Mioril s'approcha de son ami. Maintenant à l’abri des regards dans la maison, il retira sa capuche.
- je peux?
Thrymma acquiesça en regardant l'elfe. Mioril approcha sa main de la tête du bébé pour dégager son visage... le bébé avait déjà quelques cheveux blonds sur la tête... mais impossible de voir ses yeux, elle pleurait trop... il posa alors sa main sur le front du bébé puis psalmodia ce qui ressemblait à une berceuse elfique... la petite fille se tut immédiatement... elle ouvrit enfin ses yeux et desserra ses petits poings. Thrymma était impressionné.
- haha! Mais quel est ce don que tu as sur les hommes mon ami! Tu as été mon ange gardien il y a quelque temps et voilà que ma fille te reconnait déjà en tant que tel!
- elle ressent ton anxiété c'est tout, je lui ai juste suggéré le calme et la sérénité ...
- tu es trop modeste Mioril.
La sage-femme ressortit une heure plus tard.
- Dame Faeger vous attend Sir...
Thrymma entra dans la maison puis se dirigea vers la chambre, Mioril lui emboitât le pas un peu en retrait pour ne pas déranger.
- Oh ma douce! Quelle belle enfant!
Faeger prit sa fille dans ses bras et lui offrit son sein, puis elle regarda son mari tendrement...
- Thrymma? Quel nom allons-nous donner à notre fille?
Thrymma réfléchit… Se retourna... fit un signe de tête à Mioril... et chuchota à l'oreille de sa femme. Faeger sourit et regarda à son tour vers la porte de la chambre et aperçut l'elfe...
- Qu'il en soit ainsi, dit-elle... notre fille s'appellera: Engelwine... l'amie des anges.
En l'honneur de Mioril Calimehtar de la forêt noire qui a sauvé mon mari et père de notre enfant. Engelwine s'endormit sur le sein de sa mère comme un bien heureux...


CHAPITRE 3 - Trop jeune pour mourir...

Engelwine grandit et devint une adolescente pleine de ressources au grand désarroi de son père qui n'arrivait pas à la tenir en place. Il pensait qu'elle reprendrait son affaire de joaillerie mais non... Engelwine n'en faisait qu'à sa tête, préférant taper le métal à grand bruit muni de sa masse plutôt que de travailler les métaux précieux.
Et sans oublier toutes les histoires de bagarres dans lesquelles elle était impliquée. Si elle avait continué dans cette voie, ses oreilles seraient devenues aussi pointues que celle de Mioril à force de se faire tirer ces dernières par son père.
Thrymma se dit qu'il était temps que sa fille de 15 ans apprenne un peu la discipline. Vu sa fougue, il espérait qu'elle trouverait sa voie dans l'art de la guerre. Ou du moins, que ça l'occuperait un temps. Il avait fait là un bon choix pour elle, même si Faeger le désapprouvait. Engelwine excellait à l'épée et prenait plaisir à défier ses frères d'armes au sein de l'eored auquel elle avait été affectée. Dès qu'elle rentrait, elle parlait manœuvres, tactiques de façon passionnée. Ne tenant pas en place, elle décida de partir avec un détachement en éclaireur. Mais, leur camp fut attaqué par un groupe d’ouargues durant la nuit. La lutte fut acharnée, quelques-uns de ses meilleurs amis périrent durant ce combat. Elle était dans une rage folle, elle pleurait tout en affrontant ces bêtes sanguinaires. Au petit matin, le camp ressemblait à une boucherie. Elle revint de cette mission choquée mais plus déterminée que jamais à combattre l’ombre qui s’étendait sur le Rohan.
Thrymma et Faeger discutèrent de cette aventure qui aurait pu coûter la vie à leur fille. Faeger envoya une missive chez les malledhrim avec une requête:

"Mae Govannen Mioril,
Je crois que c'est ainsi que l'on vous salut... je sollicite votre aide, Thrymma n'aurait jamais osé le demander. Mais je crois que vous êtes notre dernier recours. Nous pensions que l'eored était une solution pour tempérer Engelwine mais ses dernières missions n'ont fait qu'exacerber sa rage contre l'ombre qui s'étend. Elle a besoin de quelqu'un capable de la canaliser... d'un tuteur.
Je sais que je vous demande beaucoup que c'est une lourde responsabilité. Mais je fais appel à notre longue amitié. Elle est si jeune... trop jeune pour mourir pour notre roi...

Dame Faeger Aéledfeorh"



CHAPITRE 4 - Un tuteur pas comme les autres

Faeger et Thrymma convoquèrent Engelwine pour lui faire part de leur décision. Mioril serait maintenant son tuteur. Il viendra la chercher et la ramener chez les elfes de la forêt noire.
Engelwine se sentait à la fois trahie par ses parents et à la fois ravie de revoir l'elfe qui la fascinait tant.
"- Et... que va m'apprendre...mon...Tuteur? dit-elle sur un ton dédaigneux.
- tu connais les arts de la guerre certes... mais tu es irréfléchie... et pourtant nous ne doutons pas de tes capacités. Mioril t'apprendra la musique, les lettres et continuera ton érudition. Peut-être l'occasion pour toi d'apprendre une autre langue aussi."
Engelwine soupira...pris congés... et partit s'aérer la tête. Elle attrapa un cheval et galopa jusqu'à la taverne pour rejoindre ses frères d'armes qu'elle devait quitter sous peu. Elle fit la fête comme jamais avec eux; sentant qu'elle n'était pas prête de les revoir avant longtemps. En revanche, elle ne se rappela pas comment elle était revenue chez elle tard dans la nuit ou tôt le matin...dans la paille de la grange la tête en vrac, le cheval à ses côtés.

Mioril arriva quelques semaines plus tard. Engelwine sauta dans ses bras oubliant presque la rancœur qu'elle ressentait à l'égard de ses parents. Mioril était habitué à l’exubérance de sa protégée. Il sourit et lui répondit par une accolade. Mioril s’avança devant Thrymma et Faeger. Ils étaient ravis de se revoir mais étaient conscients aussi des raisons de sa venue. Les bagages d’Engelwine étaient prêts. Thrymma partit dans une grange annexe ce qui ne manqua pas d’intriguer Engelwine. Il revint avec une jument baie claire qu’Engelwine n’avait jamais vue dans les stalles de l’écurie familiale. Thrymma s’avança à hauteur de sa fille et lui tendit les rennes de la jument. Engelwine prit son père dans les bras.
« - oh merci Père, quelle belle jument… comment se nomme-t-elle ?
Thrymma sourit et répondit :
- Fromgast ! Ce qui signifie Esprit fort, à l’adresse de Mioril, Je suis sure que vous allez vous entendre à merveille !
La jument émit un léger hennissement puis renifla Engelwine. Ses moustaches chatouillèrent la joue d’Engelwine qui se mit à rire. Elle lui répondit par une longue caresse sur le chanfrein et quelques compliments en rohirric.
Les adieux furent longs; des larmes, mais aussi des sourires car ce n’était pas un adieu juste un au revoir. Mioril et Engelwine se mirent en selle et après quelques signes à l’égard des voisins qui observaient la scène, ils partirent en trottinant vers le nord.


CHAPITRE 5 - Elfe froid, cœur chaud

Bien des années se sont écoulées. Engelwine a aujourd’hui une trentaine d’années et a beaucoup changé. C’est maintenant une jeune femme affirmée, faisant preuve d’une grande sagacité d’esprit même si son tempérament de feu est toujours présent sous son armure. Mioril s’est occupé d’Engelwine sans relâche. Il lui a appris les contes et légendes d’Arda, un peu le sindarin aussi, la musique et le chant. Il n’a pas omis de d’affiner ses techniques de combat en la provoquant à longueur de temps pour tester ses reflexes. Elle manie aujourd’hui ses 2 lames avec adresse et légèreté.
Mioril est si fier d’elle. Elle a tant appris à ses côtés… elle était repartie à Underharrow dans son détachement de l’eored mettre à l’épreuve ses acquis. Mais elle revenait voir Mioril entre chaque mission, c’était plus fort qu’elle. Il était devenu plus que son tuteur. Il avait été un père de cœur, puis un frère… puis… avec le temps… ah ! Oui… Engelwine a grandi. C’est une femme maintenant; les tactiques et les manœuvres de combat ne sont plus au centre de ses pensées. Ses sentiments à l’égard de Mioril s’étaient transformés en quelque chose de beaucoup plus fort, sans qu’elle s’en rende compte. Elle n’y avait pas prêté attention jusqu’au jour où une charmante elfe commença à tourner autour de Mioril d’un peu trop près. Cette dernière lui fit des avances ce qui provoqua une montée d’adrénaline et un frisson qui remontèrent le long du dos d’Engelwine et vint auréoler de rose ses joues claires. Elle se contint mais ne put vraiment cacher cette émotion, à cet instant, elle comprit qu’elle ne pouvait vivre sans Mioril. Est-ce le cas pour lui ? Tant de questions sans réponse…
Mais Mioril est un elfe… Engelwine une humaine… Et, malgré cette différence, Engelwine aime Mioril… mais il ne semble pas s’en rendre compte… ou le fait croire…espère t’elle au plus profond de son cœur…
avatar
Engelwine

Nombre de messages : 758
Date d'inscription : 19/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum