Lais et légendes d'Arda.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 04.05.12 16:15

Farahil , se trouvait seul assis face à son bureau ou se trouvait un lourd receuil de cuir marron , fermé par une boucle de cuir de même facture.
Sur la couverture de celui-ci on pouvait apercevoir l'emblême de la Maison Hawthorn.
Un aigle  surmontant 5 étoiles, symboles du Gondor et de l'ancien Arnor..
La lueur lancinante de la bougie , reflétait le relief de l'emblème faisant croire à un aigle réel.
Le Gondorien , soupira légérement de satisfaction , puis ouvrit l'ouvrage , laissant apparaitre une première page blanche bordée de dorures elfiques.
Il trempa sa plume dans l'encrier et s'appliqua à l'écriture de la page .

3019 du Troisième Age

Voici ici , le receuil de Farahil Hawthorn, ainé de la Maison du même nom.
Ce receuil sera comme un héritage pour mes descendants.
Ils trouveront ici , tout les réponses aux événements passés , présent et à venir sur ma vie .
Que ceci serve de référence aux générations futures , afin que continue l'espoir, l'honneur et la justice de perdurer dans les temps à venir.

                                    LACHO CALAD! DREGO MORN!



Première page:
Avant d'aller plus avant , je vais vous parler plus avnt de ce qu'était la Maison Alarion avant que celle ci ne soit déchue.....

Les archives de la famille Hawthorn font remonter sa fondation officielle au Troisième âge.
Messer Faradan Hawthorn était un des commandants d'Eärendur, le dernier roi du royaume perdu d'Arnor. Après avoir servi loyalement son roi , celui ci offrit à Messer Faradan le droit de s'établir dans une région et d'y installer sa propre lignée. Il choisit de rester a Annuminas et ainsi fonda la Maison Hawthorn.

Messer Faradan prit pour femme une suivante d'Eärendur , Dame Azylis, et eut deux garçons, Ser Aladhir et Ser Aldaran, ainsi qu'une fille Damoiselle Kahlan.
Les deux frères s'enrôlèrent dans la garde d'Annuminas et furent maintes fois récompensés pour leurs faits d'arme.Quand à leur sœur , elle épousa l'héritier d'une grande Maison dont la noblesse tant de sang que de cœur n'était à prouver encore. Ce mariage permit à la Maison Hawthorn de prospérer et d'asseoir sa place dans les plus nobles lignages de l'Arnor…

Les belles années , prirent fin en 861 TA à la mort du roi Eärendur. Son fils ainé, Amlaith, aurait dû hériter du trône d'Arnor , mais ses frères s'y opposèrent. L'Arnor fût alors divisée en trois royaumes: l'Arthedain, le plus riche et le plus peuplé, le Cardolan et le Rhudaur. Amlaith qui reçut l'Arthedain , déserta Annuminas au profit de Fornost.
A cette époque Messer Faradan mourut de vieillesse , faisant promettre à ses fils de jurer fidélité à Amlaith, le fils ainé du Roi. Messer Aldahir et Dame Kalhan suivirent Amlaith à Fornost où ils continuèrent à œuvrer pour le bien de la Maison Hawthorn et de son suzerain. Ser Aldaran était resté a Annuminas où il mourut de maladie peu de temps après.

La Maison Hawthorn continua à prospérer et devint une maison célèbre, dans le sillage des descendants d'Amlaith, année après années. Elle se fit remarquer lors des incursions venues du Royaume d'Angmar dès l'année 1300 TA. Les descendants de la Maison Hawthorn se battirent aux côtés des Rois de l'Arthedain, mais la guerre et les morts l'affaiblirent dangereusement.
Jusqu'en 1974 TA , L'arthedain tenait bon , alors que le Rhudaur et le Cardolan avaient été dévastés par l'Angmar. L'Arthedain, exsangue, tomba tout de même sous les coups répétés de l'Angmar. Messer Galhadan Hawthorn et ses fils se battirent bravement lors de la Bataille de Fornost en 1975 TA , se sacrifiant tous trois afin de permettre la fuite du Roi Averdui et du Palantir d'Annuminas…

La lignée des Rois d'Arthedain, et l'Arthedain lui même n'existaient plus. On pensa alors la maison Hawthorn éteinte, mais ce fût sans compter la ténacité de Messer Eldranor Hawthorn le plus jeune des fils de Galhadan , qui suivit Eärnur du Gondor en tant que page. Il s'établit en la baie de Belfalas, où il entreprit de restaurer la grandeur de son nom. Il se lança dans le commerce du sel et y fit fortune.
Les années passèrent et la Maison Hawthorn fit allégeance aux Princes de Dol Amroth, devenant l'une des Maisons les plus influentes et les plus respectées de Dol Amroth, tant par la valeur de ses combattants que par celle de ses artisans et de ses commerçants.

Malheureusement les valeurs de noblesses qui avaient été celles de la Maison Hawthorn, ne sont plus ce qu'elles étaient…


MOEURS ET COUTUMES DE LA MAISON HAWTHORN:
Tout comme toutes maisons nobles, la Maison Hawthorn à ses propres modes de fonctionnement , mais de par son allégeance au Prince Imrahil, elle doit rendre compte de ses agissements.
Parallèlement à l'amenuisement de sa parentèle, la Maison Hawthorn connu aussi un amoindrissement de sa puissance, génération après génération.
Les agissements douteux de Messer Faerniel achevèrent de mettre à bas la réputation de cette noble Maison.

TITRES ET CIVILITES:
L'étiquette requiert d'appeler les dignitaires de la Maison Hawthorn par leur nom d'usage, précédé de Ser pour les hommes ou de Dame, voire Demoiselle, pour les femmes. Le nom de famille n'a nul besoin d'être précisé.
Lorsque l'on s'adresse au Seigneur en titre de la Maison , il convient de désigner celui ci sous Messer, suivit de son nom. Lors des présentations formelles, il convient de se courber afin de désigner son allégeance au Messer et d'attendre que le Seigneur autorise le visiteur de se relever.
Le chef de la maison est toujours escorté par une garde rapprochée, composée essentiellement de combattants n'appartenant pas à la Maison Hawthorn. Ceux ci sont payés grassement pour enrayer toute tentative de corruption.
D'après les rumeurs, ils seraient également employés par Messer Faerniel pour des tâches plus sombres… illégales s'il faut en croire les rumeurs.

LE MARIAGE:
Comme dans bien des maisons nobles, le mariage est plus souvent affaire d'intérêts que de cœur ,surtout depuis que Faerniel a repris la tête de la Maison Hawthorn.
Par le passé , les membres de cette maison étaient réputés pour n'avoir aimé qu'une seule femme dans leur vie.
Ce qui est maintenant bien oublié par les membres de la maison, sauf Farador et Farahil.
Comme écrit plus haut , à présent les mariages , étant plus affaires d'intérêts que de coeur (nous en voyons actuellement la preuve avec le mariage arrangé entre Lysielle , Fille de Farador et soeur de Farahil , avec le ténébreux Arandhil de la maison Arador)et il est courant que les affaires et la richesse de la Maison passe avant le bonheur des époux.
Nous avons d ailleurs la preuve qu'actuellement la polygamie soit de mise au sein de la Maison, salissant le souvenir des plus braves et nobles seigneurs de la Maison.
Des rumeurs parlent d ailleurs des soirées de débauches que s'offre Faerniel Hawthorn il est d ailleurs courant de voir des courtisanes supplanter les femmes officielles des membres de la maison , aussi bien dans le lit conjugal que dans les soirées officielles

L'adultère étant pratique courante, aucune faute ne peut être retenue contre les membres de la Maison Hawthorn, mais si la faute provient par les conjoints , le châtiment est des plus exemplaires: l'exil .
Le fruit de l'engeance sera toutefois élevé comme un Hawthorn, bercé par les us et coutumes de celle ci.

LA JUSTICE:
La Maison Hawthorn ayant prêté officiellement allégeance au Prince Imrahil de Dol Amroth , la justice est rendue sous l'autorité du Prince.
Mais officieusement , Faerniel préfère régler ses affaires d'une toute autre façon.
Des rumeurs , affirment d ailleurs que des assassins à la solde de Faerniel règlent tous les soucis de façons plus qu'expéditives.


Dernière édition par Farahil Hawthorn le 27.12.16 16:06, édité 1 fois
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 04.05.12 16:20

Page 10:
Voici un lai parlant d'un amour caché.
L'amour est un des plus puissant sentiment, il pourra vous aider à combattre , a soulever des montagnes .
Je vous souhaites à vous qui me liraient , de trouver tout comme moi un tel amour....
Avec celui ci plus rien ne pourra vous résister.

Chaque jour nous sommes condamnés
A ne montrer qu' une amitié.
Seule la nuit est notre alliée,
Face à la lune nous pouvons nous aimer.

Tu es si douce, si jolie,
Quand je te touches, je suis en vie,
Telle Elbereth , tu illumines ma vie
Loin de toi je me languis

Que j' aimerai pouvoir crier,
Tout mon Amour pour toi
Mes pensées et mon coeur s'envolent vers toi,
Mon coeur ne vit plus que pour t'aimer .

Chaque jour j'ai appris à te connaitre
Au fur et à mesure mon amour s'est vu naitre
Ton visage enchante mon coeur
Ton regard azur apaise mes peurs


Ces mots sont pour toi, étoile de ma vie,
A jamais je veillerais sur toi , et ferait fuir tes peurs
Et plus jamais ton coeur ne sera meurtris.
Et plus jamais tu ne connaitras ni l'abandon, ni le malheur

avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 04.05.12 16:21

Page 11:

Telle une explosion de bonheurs,
L’amour a envahi mon coeur,
Plus fort qu’un bouquet d’émotions,
Mon âme en perdrait la raison !

Il n’y a pas plus amoureux
Que mon étoile au coeur des cieux,
Et je m’envole dans ses bras
Vers notre vie, loin des tracas !

Mille baisers et cent caresses
Notre fusion pleine de tendresses
S’épanouit de jour en jour,
Telle une rose de l’amour…

avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 04.05.12 16:23

Page 12:

J’ai trouvé ma douce étoile
Sur le chemin de ma vie
Et le bonheur se dévoile
Chaque seconde avec lui…

La prunelle de ses yeux
Me réchauffe de passion
Quand son regard amoureux
Me transmet tant d’émotions…

Ses mains sont des papillons
Aussi douces que la soie
Calmant toutes les tensions
Blottie au creux de ses bras…

Et nos coeurs, main dans la main,
Amoureux et passionnés
Avancent sur les chemins
De l’amour illimité…

avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 04.05.12 16:29

Page 15:

Voici ici , le lai symbole de la Maison Alarion.
Que ces vers vous touche au plus profond du coeur et de votre âme, afin que jamais plus le nom d'Alarion ne sombre dans l'Oubli......


Viens sur le Dernier Rivage
Oh marin !
Jamais plus tu ne prendras la mer.
Vois l'épée des Rois qui flamboie
Oh guerrier !
Jamais plus tes mains ne toucheront le pommeau de ton épée.
Ecoute l'oiseau chanter
Oh chasseur !
Jamais plus tu ne banderas ton arc
Laisse la lumière de la Calacyria t'éclairer
Oh compagnon des bois !
Jamais plus ton regard ne se retournera vers la forêt.
Mais la route est barrée
Le chemin est brouillé
Tu es perdu,
Perdu dans ton monde de Ténèbres.
Ta voix appelle sans réponse,
Tes yeux cherchent sans voir
Tu erres sans cesse
A travers les montagnes gelées
Les grandes plaines froides
Les prairies mortes
Et les forêts silencieuses.
L'Ouest est loin,si loin,
Que tes yeux s'emplissent de larmes
Car tu sais que tu ne le reverras jamais.
Les ombres du Crépuscule t'ont attiré
Et tu as tout quitté,
Croyant que les Etoiles te guidaient,
Croyant que cette Terre serait la tienne.
Les cendres et la fumée
La mort et le sang
La guerre et le fer des épées
Le désespoir et la haine
C'est tout ce que tu as trouvé
A l'Est,par-delà l'Ocean,
Le mystérieux continent
Que tu voulais tant explorer,
Que tu voulais tant aimer.
L'Ouest n'est plus pour toi,
Il est souvenir,il est passé.
Maintenant tu es là dans l'Ombre Noire de l'Est
Jamais plus tu ne verras la Calacirya.
A moins que tes yeux ne se voilent
Et que sur le champ de bataille tu tombes soudain transpercé.
Alors ton esprit s'envolera
Et tu verras les grands bateaux blancs
Que tu cherchais depuis si longtemps
Ils te feront traverser la mer,
La belle mer que tu ne pouvais franchir
Ils t'emmèneront là-bas,à l'Ouest,
Où le Soleil se lève à chaque matin de ta vie,
Où la Lune se lève à chaque nuit.
Les ombres se dissipent,et tu vois,
Tu vois le Dernier Rivage scintillant.
Tu es seul au milieu des corps sanglants étendus,
Tes lèvres sourient
Et tes yeux se lèvent vers le ciel,
Le ciel si bleu.
Tu es perdu.
Jamais plus tes pas ne te ramèneront chez toi.



avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 14.05.12 16:30

3019, du 3eme Age le 14 Orgilion , de Lothron.

Récit de Ser Farahil Hawthorn, Gardien de Dol Amroth, fils déchu de la Maison Hawthorn.

Plusieurs lunes sont passées depuis mon arrivée en Pays de Bree.
Mon départ précipité , déguisé en mission , me fait laisser derrière moi ma lignée , mon héritage et les valeurs qui ont fait la renommée de la Maison Hawthorn.
Les preceptes édictés par mon grand père Faerniel et son âme noire, ne sont plus ceux pour lesquels je me battait....
J'ai laissé derrière moi , mon père et ma très chère soeur.....
Au fond de moi, même si je sais pertinemment que c'était la meilleure solution, je pense à elle , seule à la merci de mon grand père, et de son mari , n'ayant pour seule protection que mon père....
Ma rebellion face au pouvoir de mon grand père , m'a attiré les foudres de celui-ci et d'après certains renseignements pris par les gens encore fidèles aux valeurs de la Maison Hawthorn, le ténébreux Morrandir serait sur mes traces en vue de m'éliminer ou du moins éliminer ceux qui comptent pour moi , certainement pour m'affaiblir....
Je reconnais bien là les méthodes de ce scélérat de Faerniel, lui qui aura toujours usé de tels manigances pour arriver à ses fins...
Mon père et moi même ne sommes plus que les seuls obstacles pour arriver à ses fins et asseoir la puissance malfaisante de son âme, et provoquer la déchéance de notre Maison.
Au fond de moi je sais que les valeurs qui sont nôtres , seront plus fortes et feront renaitre notre lignée de ses propres cendres.....
Maintenant , je sais que mon père a eu raison de m'envoyer en Eriador , afin de me cacher et préparer la révolte et le retour à nos premières valeurs, valeurs qui ont fait la renommée de notre lignée  tout au long des années.

Mon arrivée en pays de Bree, fut plus que tumultueuse, je fût capturé par des brigands que je pensais à la solde de Faerniel.
Mais délivré par un mystérieux rôdeur , je vint en aide a deux hobbits ainsi qu'aux habitants du village que l'on nomme Archet, en repoussant une attaque de brigands , menés par des forces sombres .
Légérement blessé , je fût soigné sommairement par les rescapés du village et je pûs rejoindre la citée que l'on nomme Bree , carrefour commercial de la région....

Je m'établis un temps à l'auberge que l'on nomme Le Poney Fringant , tenu par aubergiste très surprenant , nommé Prosper Poiredebeurré.

Profitant du tumulte local , je pût flâner dans les différends quartiers de Bree, de découvrir ses échoppes , et surtout me documenter dans ce que les gens du crû appellent le quartier des Erudits.
Étonnamment j'ai pû découvrir quelques traces de la Maison hawthorn , au temps ou celle-ci était présente à Annuminas .
Il faudra que je pousse mes recherches dans les ruines de notre ancienne citée, la citée des Rois .
Mais à l’énoncé de ce nom, les habitants du crû ne peuvent laisser échapper un rictus mêlés de surprise et d'effroi..... vraiment étrange.....
Poussant ma curiosité plus loin, je pût faire connaissance avec  une dame de Bree, à la tête d'une compagnie d'Erudits , nommée Les Erudits d'Arda.
La noble dame , nommée Adane , pût ainsi m'aiguiller au sujet de mes recherches , me parlant des mystérieux Galgals se trouvant à proximité de la Cité , endroit inquiètant que les gens d'ici évitent comme la peste.
Je pû me lier d'amitié avec certains membres de sa compagnie , un nain nommé Karakbeer, une hobitte et une gondorienne nommée Hiragil.
J'ai également fait la connaissance de deux Rohirs , frère et sœur , dirigeant d'une compagnie exilée de rohirrims.
Ces deux combattants (très doués d’ailleurs, mais avec un style différend du gondor, cela doit venir de leur vie très dangereuse en leurs terres) , nommés Etheliwen et Silfried , m'ont grandement aidés lors de mes premiers combats en cette région, et nous avons appris mutuellement les uns des autres.
Silfried et moi même nous nous sommes jurés amitié et assistance à tout jamais .

Mais la rencontre qui marquera a jamais mon destin fût celle d'avec une jeune damoiselle , qui au premier abord semblait froide , dure , comme si les épreuves , et la vie ne l'avait guère épargnée . Cette jeune demoiselle , d'un fort joli minoi je dois dire , nommée Isaline était l'une des dirigeantes d'une compagnie nommée les Héritiers du Cardolan.
Cette compagnie œuvrant , tout comme moi pour ma Maison, pour perpétrer l'honneur et le souvenir du Royaume du Cardolan , tenait en son sein de nombreux combattants , cœurs nobles et justes.
Je me liait d'amitié avec Isaline , qui malgré son masque de froideur , semblait cacher au fond d'elle un énorme vide , et un besoin d'être choyée et aimée....
Après quelques jours passés auprès de cette compagnie , Brinwica la leadeuse des Héritiers en accord avec Isaline et les officiers , ont décidés de m'intégrer au sein de leur compagnie.
Je combattis auprès de ces vaillants coeurs , ou je pût apprendre de nouveau le sens véritable de l'amitié.
Je me liais d'une solide amitié avec un nain nommé Tranked.
Nous avons combattus ensemble , en compagnie d'Isaline (qui me semblait de plus en plus triste de jour en jour) , et force est de reconnaitre que ce nain est d'une vaillance sans nom et un compagnon des plus agréables.
Notre amitié , très forte est continuellement ponctuée de quelques taquineries que nous avons l'un pour l'autre .
Au sein de cette compagnie je pût également faire la connaissance d'un Maitre du Savoir , nommé Helcarion ( m'est d'avis qu'il serait plus un maitre du savoir dans l'alcool mais bon;;; c'est un excellent compagnon de beuverie je dois bien l'avouer.)
Ainsi que d'un Elfe nommé Melmor , dont l'art du combat m'aura plus qu’impressionné, un autre Sindar nommé Leandor , dont la soif de connaissance est impressionnante.
Il faudra d’ailleurs que je m'entretiennes avec lui sur les âges passés.
D'autres compagnons sont présents , dont Ethelgar , la soeur d'Isaline , Alsandahir (très froide, redoutable combattante , cela doit être une caractéristique familliale) , un nommé Anthelme , et d'autres compagnons que je ne connais que très peu pour le moment.
Ce qui est frappant au sein de cette compagnie est le lien qui les unis , malgré leurs différences, je pense que c'est cette différence qui fait leur force.
Je me sens étonnamment bien au sein de cette compagnie .


Après avoir faits mes premières armes , en leur sein, me voici compagnon à part entière , je crois savoir qu'Isaline n'y serait pas étarngère.
j'aimerais tant pouvoir expliquer à mes compagnons , mon histoire et les raisons de ma venue en Eriador, mais j'ai peur de les faire fuir ou qu'ils me regardent d'un autre oeil.
J'éspère avoir un jour le cran de leur avouer toute mon histoire......


Dernière édition par Farahil Hawthorn le 27.12.16 16:10, édité 1 fois
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 14.05.12 17:21

Voila maintenant plusieurs semaines que je combat les séides de l'ennemi sous la bannière des Héritiers, mon histoire est de plus en plus lourde à porter et j'ai donc décidé de me confier à Isaline , avec laquelle je me suis rapproché. Mlagré son masque de froideur, elle sait être à l'écoute et à su trouver les mots pour me remonter le moral face à mes inquiètudes quand au devenir de ma soeur et de ma maison.
Isaline étant ambassadrice de la compagnie, elle m'a également fait part de ses peurs , de l'importance de son poste et surtout au fait qu'elle était une cible de choix pour les plus vils assassins.
J'ai donc décidé de mettre mon bouclier et Eldandil à son service , lui servant ainsi de garde du corps.
Je lui ai juré protection et assistance , jusqu'à ce qu'elle n'en ai plus besoin .
Depuis bien longtemps je me sens plus qu'utile , et est enfin trouvé un sens à mon combat, et je jure que durant tout le temps ou je serais vivant , rien n'arrivera à Isaline .
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 26.06.12 9:59

Vous qui lirez ceci , n'oubliez jamais que l'amour est le plus fort lien unissant deux êtres.
Ce sentiment abattra toutes les embûches semées sur le chemin de votre vie.
L'amour , sera votre plus fidèle armé face à l'adversité , n'oubliez jamais ceci........

Je t'offre une rose elle vient du jardin de mon cœur.
Respire la ressens tu dedans de mes caresses l'odeur.
Embrasse la et égrène ses pétales dans le vent léger.
Regarde les s'envoler sous le soleil qui les a aimé.

Les Valars sur les nuages vont simplement les cueillir.
Je sais en moi qu'elles vont à mon cœur en émoi revenir.
Déjà je les vois voleter des nuages en cascade à mes pied.
Elles forment des cœur tres jolis pour enfin se rassembler.

Devant moi alors je vois belle rose que je t'avais donné en cadeau.
Je la ramasse et pose mes lèvres pour l'embrasser a mon tour sans un mot.
Je ressens un gout de miel sucré et devine tes lèvres petite princesse.
Alors je sais dans mon cœur que enfin tu es heureuse sans tristesse .

Belle fleur.

Je te cueille une belle fleur.
Pose la délicatement à ton cœur.
C'est une merveilleuse et jolie rose rouge.
Regarde elle bat au rythme de ton cœur qui bouge.

Il cadence la mélodie de ton bonheur.
Ressens ce plaisir en toi au milles saveurs.
Écoute le vent et ferme les yeux princesse de joie.
Joli rose déposera en ton cou des bisous de roi.

Rose du cœur .
Porte un bonheur.
Bisous amène le rythme.
Ton cœur à l'odeur ne l'evite.

Le vent....

Écoute le vent mon ange sous les étoiles.
Il chante un doux son sous la lune qui le voile.
Il porte les nuages ou vivent les anges du plaisir.
Bientôt ils seront dans tes reves avec un joli sourire.

Ils amènent avec eux de joli et tendre bisous de princesse.
Ils vont te les offrir comme des beaux bijous de belle déesse.
Simplement pour bercer ta nuit des bisous doux sur ton frond.
Ils te verront si joli peut être auras tu un sur les levres avec passion.

Alors ton cœur ira tres vite et renverra les vent a mon cœur en douceur.
A mon tour je gouterais le plaisir de tes baisers et feront mon bonheur.
Au réveil j aurai sur mes lèvres ton prénom fruit des anges .
Nous aurons alors eu le même dans les vents baiser de déesse ..

avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 29.06.12 15:42

Je vois ton image aux sages claires lueurs du soir.
Derobade de lune endormie sous les nuages blafarts.
Envoûte mon âme pour de folles nuits.
Se pose à mes pieds des étoiles endormies.

Cieux baignez moi de quiétude à ses yeux.
Rêves viens t'en exhausser tous ses vœux .
Lune tu es pâle sous la voute que fait tu de ses prières.
Valars, envoyez lui juste un peu de lumière .

Reflets mirez vous aux océans de songes de ma belle.
Dessinés sur l'onde de ces flots des mots en merveilles .
Ne tarissez point vos plumes faites lui nuit sans courant.
Devenez bras de lune aux louanges douces des vents .

Baigné ainsi de jolis rêves au parfum du paradis elle repose.
De plus je ne te mande rien lune quand mon âme s'y pose.
Quelle sérénité d'être un temps aux rêves d'aimer.
Vents des Valars mène nous à l'autre réalité .

Nuit ne cesse pas ton maïstre n'a pas fini son tableau.
L'ombre de nos cœur sous la lune brille encore au pinceau .
Œuvre d'art d'une nuit de songes a besoin d'un parfum.
Lune douce prend le temps de poser un goût de matin.

Nuit apporte ta lune aux lueurs de ma princesse.
Elle te bercera aux songes si toi aussi tu ne cesse.
Étonnement je te vois aux yeux de la lune qui luit.
Princesse à mené l'amour alors elle ordonne la nuit.

Lune je sais comme moi tu n'en reviens pas de ses rêves.
Oui c'est ainsi elle fait mes songes aux nuits sans trêves.
Jamais ho grand dieu ma nuit je n'ai sans elle qui veille.
Océan de songes elle dirige à mon âme pareil.

Lune part la nuit est fini laisse la prendre pouvoir du soleil.
Elle lui a dit alors nuit cesse elle seule dessine son éveil .
Œuvre de sa vie est moi et elle fait la nuit et le jour.
Fabrique les rêves et son tableau est rose d'amour .


avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 12.07.12 7:29


sur le sable ma belle tu es allongée et respire le soleil doucement.
Chaque rayon apaise ton cœur et chauffe ton âme de ce plaisir innocent.
La mer inlassablement te mène la douce complainte des sirènes magique de son ventre.
La voute des cieux t'ouvre les portes de son paradis pour que ton esprit ma belle y rentre.

Mon amour à côté de toi je te contemple et vit avec toi cette amour immortel.
Je n'ai de cesse de te regarder et caresser des yeux ton visage ma belle.
Mon esprit esprit s'émerveille chaque seconde rien qu'a te regardé.
Je veux te garder à jamais dans ma vie pour le peu que tu saches m'aimer.

J'ai envie de te voir encore plus belle quand tes yeux s'ouvriront au soleil.
Un instant de bonheur plus joli que le vol d'un ange aux ailes de miel.
Un délice sucré qui pique les lèvres et qu'on l'on donne en un joli baiser.
Échange volatile de sentiment que l'on offre toujours à celle qui est aimé.

Repose ma douce sur le sable et ne craint ni les vents ni la pluie.
Je saurais de protéger de mes ailes moi ton ange si le ciel s'assombrit.
Je soufflerai les nuages pour qu'ils pestent leurs maux en d'autres lieux.
Nous n'avons besoin de rien de plus que ce joli soleil ici pour être heureux.

Je marche dans le sable et te vois au loin et songe au doux paysage à mon oreille.
Jolies choses que mon cœur a su voir et que mon âme a ressenti pareil.
Simplement d'un coquillage ramassé et porté à mon ouïe pour entendre la mer.
Mais par delà l'idée de ses sons se que j'ai entendu me force à me taire.

J'avais oublié mon amour que tu viens souvent ici alors ces lieux son le paradis.
Tout respire ta joie en ce jour beau au soleil de cette plage de la vie.
Je regarde vers le bas et sous mes pieds je vois un soleil rassurant.
Au dessus d'une mer bleu des anges ou des mouettes j'ai crû voir un instant.

Ma belle j'arrive à toi et te vois sur un lit de rose bercé par la lyre.
Si je n'étais pas éveillé chérie la en ce lieux j'aurais crû avoir un délire.
Il n'est rien de cela vois tu nous sommes simplement au paradis de notre amour.
Regarde la mer bleue en dessous de nous nous mirer un soleil pour toujours.

Joli coquillage du paradis je te pose près de ma belle aux réminiscences.
Quand dieu passera ici même lui entendra dedans aussi douces romances.
Ces mélodies mon amour sont les nôtres elles sont né de nos cœurs.
Mélangeons nos corps pour en voir naître un jour petit ange du bonheur.

Lui aussi un jour entendra douce sonate en ce joli coquillage du paradis.
Mais crois le bien dedans il y aura les sons de nos trois vies à l'éternité unis.
Ouvre juste un instant les pétales de ton lit de rose ma belle pour mon cœur.
Dormons ensemble ici en se paradis et laissons l'amour conté son bonheur .
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 12.07.12 7:31

Les larmes sont les lettres des maux de la douleur d'un amour égaré.
Elles coulent sur les joues et creusent des sillons de peines en fossés.
Alors le visage se creuse les yeux sont vides et le soleil nous rassure un peu.
Les joues sèches alors à mesure et les larmes tombent au sol de feu.

Devant nous l'océan de nos tristesse est la en miroir et l'on se regarde dedans.
Le soleil attire cette eau au nuages des anges et nous restons seul présent.
Perdu dans les sentier d'un désespoir nous marchons la tête basse le yeux en l'air.
Ainsi passe les jours dans une saison unique ou tout au souvenir qui fait taire.

Le soir on entre dans son lit avec la peur des rêves des joies d'hier de nos amours.
On s'endort avec peine au son de la pluie qui bas dehors jusqu'au jour.
Les anges toute la nuit les rejettent et on craint sans cesse le réveil.
Les yeux ouvert l'on voit les pleurs qui sont revenu et tout est pareil.

J'en étais la à ses torpeurs moi aussi et un matin j'ai été surpris de rien voir.
Devant moi aucunes rivières de larmes juste un chemin au soleil d'espoir.
Les arbres étaient couverts d'une rosée de perles de diamant étincelantes.
Elles tombaient des arbres en jolies mots nouveau en des sensations plaisantes.

Est arrivé alors ce jour la par le chemin de lettres des perles de rosée un amour.
Mon dieu j'y croyais à peine tellement elle était sublime sous la lumière du jour.
De grâce elle marchait au dessus des goutte comme une belle reine d'été.
Des perles de rosée en diamant je lui ai fais le plus somptueux colliers.

Bijoux de mots pour lui rendre grâce de sa beauté et de me tenir la main.
Océan de désespoir je ne savais plus ce que c'était devant ce très joli matin.
A l'ombre plus loin la bas dans les prés je lui est fait un lit de ces perles rosée.
Son cœur a fleuri en belle rose et des pétales elle m'a jeté l'odeur aimé.

Ébahis elle est devenu la plus belle des princesse que je n'avais vu.
Je lui ai offert simplement un bouquets de plaisir que son cœur à reçu.
Depuis elle tout simplement mon amour et le restera ainsi.
Je n'ai rien de plus à lui offrir qu'une douce vie.

Ho princesse tu es dans mon cœur nouveau de perles en diamant.
Tu es mon présent qui efface hier et construit des jolis sentiments.
Par tes yeux maintenant je vois l'ombre de mes jours.
Tu en es le soleil et tout simplement mon amour.
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 26.07.12 16:37

Le naufragé

Ile ne ment et amasse les naufragés qui au désespoir s'égarent un jour de vent.
Vent pousse les nuages qui portent les larmes des peines sur le sable blanc.
Blanc de l'œil brille de l'émotion de ses peurs qui laisse derrière ses amour.
Amour avait tisser les voiles du bateau du cœur déchiré en un sombre jour.

Bateau est échoué sur la grève la coque béante eventrée en lambeaux de maux.
Maux des sentiments on détruit la raison qui portait de plaisir le jour nouveau.
Nouveau dédain est au penseur qui git sur la plage échouer par la tempête.
Tempête imprévisible frappe les cœur toujours quand à lui un bonheur s'y prête.

Oiseaux si jolis des iles s'est tu et ne paradent plus face à tel fracas.
Fracas de gouttes des pluies des peines fouette le visages du naufragé en émoi.
Émoi hier était en des amours si beaux ou tout paraît éternité au soleil.
Soleil ne passe plus aux nuages qui masquent un cœur ne faisant plus merveille.

Ile du paradis a pâle visage même l'eau douce du ruisseau ne frémit plus.
Plus de beau en ces lieux ou les anges festoyaient en l'amour à sa vue.
Vues des naufragés de la peine ne mirent qu'un océan de regret.
Regret des amours égarés attendant accalmie laisse au sable le naufragés.

L'amour ne peut mourir ainsi échouer sur le sable en un corps délaissé.
Délaissé et maudit par les vents le naufragé implore au ciel son aimé.
Aimer était sa raison de vivre son fardeau est si lourd sans elle.
Elle était l'ombre de sa vie et par ses yeux il voyait la sienne si belle.

Il ne veut cela et regarde les voiles déchiré et sans éclat du bateau.
Bateau tu vogueras de nouveau en des mers ou les vagues sont des mots.
Mots berce son cœur et lui donne foie naufragé il ne restera à attendre.
Attendre ici ne sert à rien alors la route des mers qui porte amour il va prendre.

Aujourd'hui il lui donne son corps pour voir joli bateau du cœur sur les flots.
Flots des maux de son corps déchiré de sa peau qui a mis son cœur à l'eau.
Eau des peines de pleurs par ses cheveux arracher mais les voiles sont tissé.
Tissé d'espérance foc resplendit sur la peau d'un cœur qu'elle a réparé.

Naufragés il n'est plus et vogue sur les mots aux sillages des sirènes.
Sirènes lui montre la route de l'amour et il les suit à en perdre haleine.
Haleine douce pousse les voiles de son bateau il est maintenant capitaine.
Capitaine de l'amour perdu hier mais il ne désespère pas d'arriver a bout de peine.

Quand elle sera à ces côté lui qui était naufragé retournera sur l'ile.
Ile sera à nouveau paradis des anges de l'amour sur un plage au sable qui brille.
Brille le soleil en un jour nouveau à son âme qui pour elle sera son ile.
Ile ne ment et accueil les amours qui au bonheur s'égarent un jour de vent.
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 26.07.12 16:57

Qu'ils étaient beaux tes mots aux couleurs des roses de l'amour.
Dans tes bras sous la neige je n'avais jamais froid sous le soleil du jour.
Dans tes draps sous les étoiles endormi je goutais la quiétude et la paix.
Jamais je n'avais aimé à ce point je n'étais plus moi devant mon cœur en arrêt.

Je suis entré en toi à un point de non retour par les sentes de ton cœur.
Moi si faible et en manque d'amour enfin dans ma vie je voyais le meilleur.
Tu as mis en moi une passion à soulever des montagnes je vivais en toi simplement.
Les mois les saisons n'existaient plus pour mon âme en feu tu étais juste mon présent.

Un jour le soleil s'est caché et ton ombre a disparu elle qui n'était que la mienne.
Toi si doux d'un été d'avant es devenu hiver glacial aux pluies qui font déveines.
Sur le bateau de l'amour je me suis accroché croyant à l'arrêt de la tempête.
Trop d'amour en moi et plus le temps était gris je pensais que cela s'arrête.

Un jour sans le voir arriver je me retrouvé sur une île déserte aux regrets.
Noyer aux pensées de ton souvenir j'ai cru te voir revenir et m'aimer.
Songe absurde s'il en est et au bras d'une autre sirène je t'ai vu t'offrir.
Ma vie c'est effondré et mon cœur s'est brisé aux portes de mon avenir.

Anéanti un temps je suis resté à couler dans l'océan de mes pleurs la nuit.
Je ne pensais qu'à toi à tout ce qu'elle a entre ses mains moi qui n'avais plus de vie.
Douleur atroce déchirait mon cœur à t'imaginer dans ces bras.
Moi si faible suis devenu forte de tant d'espérances et du trop d'émoi.

Aujourd'hui je me bas jour après jour et la force de mon cœur je te la dois.
Jamais je n'aurais connu un amour et douleur aussi puissant qu'avec toi.
Tu resteras gravé à jamais dans mon cœur par l'amour et la haine réunie.
Toujours je serais dans ton cœur en bien ou en mal et jusqu'à la fin de ma vie.

Aujourd'hui je sais ma force et ne suis plus faible du tout mais l'amour me fait mal.
Je me bats et reste en vie et aux réminiscences en mes rêves un instant je quitte ma saison hivernal.
Une trêve un répit pour l’âme mon dieu cela est bon alors je me souviens.
Le bonheur de tes bras en un temps ou l'amour nous berçait de jolis matins.
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 29.07.12 18:12

Mots dit vont à l'âme et reste gravé aux sillons du cœur qui porte les pleurs.
Les yeux deviennent miroir du reçu et montre un fade regard de malheur.
En un été de feu l'on se retrouve au dédain transit d'un hiver glacial.
On cherche le soleil et la peine le cache derrière un esprit qui à mal.

Effacer les maux devient si dur en des nuages gris qui remplissent ces sillons.
Aveuglement on continue à croire en l'amour sans aucune raison.
Juste celle d'espérer au retour du bonheur par une autres qui efface hier.
Le soir sous les étoiles on se masque les yeux pour oublier ses prières.

La lune étant ses bras de miel et arrive fort à propos pour semer les rêves.
En des draps de désespoir l'on se laisse allé à des songe d'amour sans trêve.
Les étoiles fanés tombent sur les rivages de nôtre cœur en pépites d'or.
Désir d'y croire est alors plus fort sur une plage de rêve en joli décor.

Égaré aux dédales des sentes du cœur l'on reste à mirer l'océan de ses pleurs.
Un vent léger nous berce en une odeur familière qu'était les roses du cœur.
Étoiles mortes de la plage sont alors les draps de chrysanthème de ce linceul.
Les vents deviennent doux telle une aile d'ange battante à nos cœurs seuls.

Souvenir de l'être aimé est si fort que la lune en devient joli soleil.
Les étoiles mortes naissent sur le sable en jolis roses de d'amour pareil.
Mots du cœur tombent en pluie de lettres alors aux sillons la rose s'y dépose.
Les lettres sur le sable s'étalent aux rêves pour son amour en prose.

Souvenir est ainsi il créée les jolis rêves du rivage du cœur la nuit.
Plus seul nous ne somme alors et les roses mortes prennent vie.
Au réveil nous savons que l'espoir n'est vain et que reviendra le beau temps.
L'hiver disparaît et l'été nous amène à nouveau l'amour en joli présent.

avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 31.07.12 19:27

Si mon cœur devait parler de l'amour sa litanie serait à l'image de ta beauté.
En des paroles mélodieuses il te conterait les psaumes de son bonheur de rose.
Moi le poète je deviendrais troubadour pour conté à la foule le verbe aimé.
Un joli récital propre à un reflet fidèle des conteurs qui effaçaient les sourires moroses.

Qu'il ne plaise à ces nobles paysans de ne point même me gratifier d'un écu.
Mon cœur même serait faire pousser des fleurs sur ce sol dur et pavé.
Ignorant des mots fuyez cette agora elle est propre aux amours vécus.
Regarder mon cœur réciter ses vers qui en un autre temps déjà étaient déclamés.

Noble damoiseau hier pour elle je suis devenu preux chevalier de ses rimes.
Elle est maintenant gente damoiselle de mon royaume de sage moi le fou.
Ma raison vacillante devient flamme devant elle en des phrases qui la sublime.
Même ma masure miteuse devient château de diamant pour qu'elle en soit à genoux.

Bien plus que troubadour pour elle je deviens enchanteur du beau.
Comme d'un coup de baguette de ma bouche sort la magie de mon cœur.
Laissons cette agora et fuyons au paradis ma jolie et entre dans mes mots.
Mon cœur exulte en des effluves d'étoiles qui subliment son bonheur.

Damoiselle ce paradis est le tien en ces nuages d'amour qui te nimbe en mon âme.
Sainte à mon esprit tu deviens pour moi le fou au cœur qui parle au soleil.
Vois tu ce tendre cœur qui reflète mon amour pour toi gente et belle dame.
Paradis alors devient euphémisme tellement il respire de grâce en merveille.

Regarde toutes les fleurs qui poussent pour toi mon amour en ces senteurs.
La graine vient de mon cœur mais à n'en point douté c'est toi qui l'as mise dedans.
Sans ce noble sentiment ce paradis ne serai pas aussi gouteux qu'un bonheur.
Moi le fou aujourd'hui je te veux reine en mon royaume présent .

Bouffon je ne serais plus et mes loques seront de jolis atours cousu d'or.
Toi ma reine tu seras vêtu des plus belles robes qui mettent en valeur.
Noble paysan seront alors mirer ta grâce et courberont le dos en accord.
Ne crois point que cela sera servilité mais simplement hommage à ton cœur.

Si conte de fée n'existe point pourquoi sommes nous la ma belle.
Tout n'est que fruit de l'esprit du cœur et existe simplement par amour.
Sans cela tendre amie noble reine tu ne serais et resterais damoiselle.
Je ne serai rien en des écritures infructueuses aux chemins sans détours.

Qu'importe la forme de l'amour et sa couleur après tout elle n'a point d'époque.
Celui que j'ai pour toi est intemporel et suis pour toi poète troubadour enchanteur.
Oui mais même cette magie ne serai rien dans un cœur de fous vêtu de loques.
Si je suis aujourd'hui conteur d'amour c'est grâce à toi qui est cette chaleur.

Tu es soleil qui chauffe ce cœur qui déclame sa ferveur au monde entier.
Utopie ou réalité ne sais-je moi même vu la force de mon amour pour toi.
Fou d'amour je suis pour toi ma belle reine et ne fait que le conté.
En élégie romantique même teinté de peine parfois mon cœur écris toujours son émoi.

avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 03.08.12 8:42

Longue absence au goût de peine cesseras-tu à tuer mon âme à petit feu.
Sablier géant de la vie pourquoi t'es tu arrêté de couler dans nos veines.
Temps absurde tu n'es qu'illusion et tu t'amuses de nous les amoureux.
Hier au galop je courais en des vallées de joies sans même l'ombre d'une peine.

Je suis le chemin de l'étang bordé de fleur qui évoque en moi ses réminiscences.
Tant de belles éligies sont nés ici pour toi à l'abri des saules pleureurs.
Même les cygnes pourtant si beau semble aux regrets de ton absence.
Que je m'eusse assis tant de fois en ces lieux qui étaient mon bonheur.

Évidence n'étant point de rigueur en ces jour comment puis-je écrire.
De jolis nenuphares roses s'étalent de majestuositè en ce lieux de paix .
Hier j'en aurais fais belle prose pour toi en un joli chemin d'avenir.
Bientôt les nuages font des trouèes et devant ces rayons les cygnes sont en arrêt.

A vrais dire je ne l'eusse cru que joli soleil pourrait être à nouveau en joie.
Mais je demeure seul sans mon amour ici sous le regards des cygnes blanc.
Je les observe ils semblent écrire sur les feuilles dessin de mon émoi.
Majestueusement de leurs becs ils écrivent ma peine je sais à présent.

Ce que je prenais pour des trouèes aux nuages est le reflet de ces mots.
Joli poème pour ma mie est la dans les cieux pour lui dire le reflet de l'incurie.
Ils connaissent alors mon amour jolis oiseaux et me me font un cadeau.
Ils battent des ailes et je vois les nuages porter l'amour en jolis mots à ma chérie.

Je ne pouvais attendre à te le dire tellement je t'aime et eux l'ont compris.
Bientôt tu seras la et le temps reprendra et te ferais de nouveau la cours.
De jolis proses de diamant fleuriront sur ce beau chemin de la vie.
Ensemble main dans la main nous marcherons pour toujours.

Impossible vois tu mon amour de ne pouvoir t'écrire même dans le noir.
Qu'importe la couleur du ciel pour toi mon trésor il sera toujours rose.
Simplement pour en poser joli reflet aux nenuphares en signes d'espoir.
Ce présage sera perçu par les cygnes qui en feront de belles et tendres proses.

Ne pas t'écrire ma princesse m'est impossible tu es juste ma poésie.
Tout repère disparaît quand tu es la pres de moi et même le pire devient beau.
Quand tu reveindra mon ange du paradis en ces lieux renaitrait la vie.
Je serais alors tellement heureux je ne ferais que t'écrire mes mots.
[i]
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 21.08.12 12:26

Je la contemple et la caresse à mes yeux elle est si belle.
Elle s'étend lentement et sa beauté aux calîns m'appelle.
Comme un chat elle pousse de petits gémissements.
Tendre son de son corps si joli pour mes yeux carressant.

Je frôle ses cheveux de la main si doux sous mes doigts émus.
L'onde remonte à mon cœur par ces flatteries il ne lui en faut pas plus.
Cela suffit à un plaisir matinale de tendresse à la cajôler.
Qu'il est bon à mon âme à lui donné si belle preuve d'amour de ses sons arrivés.

Mes doigts courent en ses cheveux et j'entends un plaisir à ses lèvres magiques.
Ils sont si doux glissent sur ma mains et font des notes de musique .
Mes doigts deviennent cordes comme celles d'un violon d'ou sort la magie de son âme.
Ses cheveux de reine alors à cet instant sont archet et mélodies ils clament.

Douceur féline de son corps se joue devant moi comme un doux opéra.
Laissons les violons en ses cheveux et allons à ses joues et ses lèvres en joies.
Mes doigts carressent sa peau et il en sort une douce mélopée harmonieuse.
Opéra felinique irréel ou se mêle les accords de ses lèvres rieuses.

Tel un chat elle exhulte sous la caresse ses ronronnemet font vibrer ses cheveux.
Violon aux doigts de son archet fin comme un souffle sont de divins jeux.
Tout se conjugue et bientôt ses cils aux frôlemement de mon souffle chantent.
Tel une harpe d'ou s'en echappe l'écho des bisous à sa tête caressante.

Le soleil arrive par les vitres la magie opère et elle se love en une grâce féline.
Mes mains ne cessent de cajôler sous cette chaleur aux lueurs matinale si divine.
Je viens juste esquisser des bisous sur son front et sens l'onde musicale.
Violon aux cheveux accompagnent la harpe aux mêmes grâces animales.

Toutes ces caresses au son de cet opéra l'éveil et elle s'etend comme un chat.
Elle est aussi feline dans la grâce qu'elle porte à ses gestes et j'en reste coi.
Enfin elle se leve et dans les rayons de l'astre je la vois encore plus voluptueuse.
Caresses musique et soleil de ce matin l'on rendu elle si féline et heureuse.

Tous les jours je decouvre en elle nouvelles merveilles.
C'est ainsi que de sa grâce feline j'ai eu ce joli éveil.
Beau matin cher à mon cœur heureux comme un chat flatté.
Depuis qu'elle est dans ma vie de ses instants je ne fais qu'aimer.
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 21.08.12 14:10

Voilà maintenant quelques jours que la rohil était partie, elle s'en était retournée chez elle , au milieu des siens.
Sa présence commencer a manquer au Gondorien, leurs chamailleries, leurs beuveries, et leurs entrainements.
Il avait appris à apprécier cette combattante , celle qui l'a tant écouté face à ses deceptions et sa trsistesse , celle qui combattait à ses côtés , telle une furie et toujours pleine de courage .
Par certains points elle lui ressemblait et leur amitié semblait alors sans faille.
Elle avait partagée avec lui tant de souffrance , mais également elle fût la première a qui Faerdan avait parlé de son amour secret avec celle qui partageait maintenant sa vie : Isaline, la lueur de son coeur, celle qui l'avait sauvé de l'ombre, l'amour de sa vie.
Avec le départ de son amie, quelque chose manquait a Faerdan.
Il était heureux de sa vie , de son amour, mais depuis le départ de la Rohil, il s'inquietait pour elle....
Mais il savait au fond de lui qu'il lui fallait la laisser seule, de plus celle qui partageait sa vie , avait besoin de lui , de sa présence et il ne pouvait laisser seule sa belle.

Il prit sa plume , et sous la lueur de la flamme vacillante , commenca un lai en l'honneur de son amie.....


Je me souviens un jour d'été les hirondelles étaient au nid d'un soleil bas.
Elles avaient porté avec elle un printemps maussade qui ne finissait pas.
Autour de moi la nature pourtant festoyait mais mon ciel restait gris.
Depuis un temps j'avais égaré le soleil qui faisait les jours beaux de ma vie.


Un soir regardant le ciel j'ai vu la lune de nouveau avec étonnement aux étoiles.
Je t'ai connue ce soir là , révant a mon amour impossible , seul sans vie.
Mais les étoiles semblaient des gouttes de larmes qui faisaient aux cieux un voile.
Ho non celà n'était pas ma princesse perdue mais une femme pleine de vie.

Ce plaisir était né d'une une douce et tendre amitié plus jolie qu'un amour.
Tendre amie tu as simplement par des mots guéri mon cœur d'un toujours.
J'ai compris en toi de sombres douleurs aussi et fait de mon mieux pour sécher tes pleurs.
Ensemble nous avons fait les mots qui nous consolent de nos malheurs.

Ensemble nous avons maintes fois combattus .
Ensemble était notre force , et jamais nous n'avons été abattus.
Jamais tu ne quittes mes pensées vois tu et quand tu souffres je le ressens.
Sans toi et tes conseils , l'amour ne serait pas réapparu je le sais maintenant.

Je te prie amie fidèle donne moi un sourire.
Savoir ce geste de ta part est en moi un plaisir.
Fait qu'un jour tu reçoives ces roses d'un amour.
Je veux pour toi le plus joli roi pour te faire la cours.

Tu es aujourd'hui et à jamais mon amie.
J'espère te garder un moment dans ma vie.
Sans toi je souffre comme un damnés.
Je te prie souris à la beauté de notre ami
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 23.08.12 15:39

Elle gît au pied d'un arbre et a pâle figure elle qui hier se vida d'une encre d'or.
Seul un escargot semblant à un galerien demeure à ses côtés dans ce décor.
La pinaie est étouffé par l'air vicié de tristesse que porte le ciel au tein blafard.
Le poète déambule tel un fantôme en dérisoire pensée ne menant espoir.

Non loin de là l'étang porte encore trace dans ses plis de la belle écriture des cygnes.
Caché pour ne voir la peine désastreuse ils ont fui beaux oiseaux sans un signe.
Les nénuphars ont fané et leurs feuilles géantes ne mirent aucunes poésies.
Impossible de croire en ces lieux aux amours et pourtant hier ils festoyaient de vie.

Dans l'allée réside un pin qui portait l'ombre que le poete écrivait.
Comme le poète cet arbre devenait joli saule égrènant les couleurs qui pleuraient.
L'eau était une palette de couleurs flamboyantes qui était source d'inspiration.
Aujourd'hui la couleur qui domine est le noir qui est dénué de toute raison.

Ho sombre couleur que peux tu mener à l'artiste quand tu masques le jour.
Ici pourtant le soleil inondait et il en faisait le plus beau toujours .
Alors le poète erre à la recherche d'un renouveau pour écrire le plus beau.
La plume devant lui a perdu son faste mais il croît encore en ces jolis mots.

Il suffirait d'un battement d'aile d'ange pour voir les nuages fuire à jamais.
Voir un soleil si joli qui de ses couleurs chaudes aux parfums de vie met en arrêt.
La pensée du poète est si forte que par l'esprit il voie la plume se colorer.
Encore plus belle qu'avant quand il écrivait aux amours qui se sont effacé.

Il sait maintenant que belle plume fera de son mieux car elle est unique.
Il la ramasse et bat l'air de la pinaie comme d'un éventail magnifique.
Si petite plume et pourtant les vents chassent les sombres nimbes du ciel.
Auréole du diable en nuages gris disparaissent pour faire place au soleil.

Finalement le mal était la mais sans lui le poète ne serait rien.
Comment écrire le beau si rien n'était à effacer comme œuvre du malin.
Pour assagir une âme au désespoir d'un cœur en mal de mot le poète écrit.
De sa plume légère dans le vide il écrit mais les mots laissent une trace de vie.

Éligie de phrases belles est la en suspens dans le vide et finira à l'étang.
Il lache la plume elle écrit toujours alors les cygnes auront un joli présent.
Simplement poète a réalisé que ses amours n'étaient morts en son cœur.
Le tableau était noir alors car ses yeux ne voyaient que de sombres pleurs.

Son dédain a fui tout reprend vie même monet est la peignant les nénuphares.
Cœur de poète est une plume qui écrit dans le vent au son de l'espoir.
Jamais l'amour ne mourra elle est dans son cœur qui est sa plume d'amour.
Sans l'amour par une autre verser belle plume de son cœur se serait égaré en détour.
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 29.08.12 8:00

Ce fût-il une saison pour pour évoquer la douceur de ton si beau visage.
Certe les jours ont passé en nimbes de douceur flattant le ciel en présage.
Soleil qui chauffaît ton cœur en plaisir est parti en une lointaine contrée.
Qu'importe l'été est toujours la car en te voyant douce amie je vois sa beauté.

Ce fût-il une couleur pour ton cœur en un joli rose de pétales corollées.
Les pleurs l'ont tari en un gris qui à jamais cerne tes nuits inanimées.
Mais les couleurs demeurent éternel et je saurais peindre en douces notes ta vie.
Puisse un soleil magnifique voir à nouveau la rose de ton cœur au jardin fleuri.

La beauté est en berne et pourtant je ressens en toi les plus beaux paysages.
Je vois à l'aube d'un nouveau jour une joie autre que celle d'un furtif passage.
Souvent de la douleur naît le plus beau au point de vouloir effacer le passé.
Moi l'ange de passage dans ton cœur de tristesse j'ai vu la plus jolie des beauté.

Pour être bien sous les nuages gris je ferme les yeux et alors je te vois.
Un visage si joli aux reflets du paradis qui mettent mon cœur en émoi.
Alors je vois devant moi en ton joli sourire une mer de plaisir de mots.
Tes yeux sont une île et je deviens larme pour accoster tes lèvres en cadeau.

Né dans tes yeux je dépose sur tes lèvres les plus jolis mots pour ton cœur.
Par l'émotion qui l'étreint je vois la rose chassé le gris et cela fait mon bonheur.
Je te veux simplement belle et heureuse comme avant effacé toutes peines.
Je ferais en sorte de te combler de belles écritures de diamant telle une reine.

T'écrire la beauté ne sera pas difficile il suffit que je pense à toi jolie princesse.
Je sais au fond de mon cœur que rien ne peu égaler la tienne jalousé des déesses.
Tempérance aujourd'hui je suis moi le poète en joie à ta vue tu es belle comme une rose.
Ma plume qui était à se morfondre ne l'est plus grâce à toi divine prose.

Tu deviens ma muse pour moi qui suis de passage dans ta vie belle fille.
Je veux savoir un jour le bonheur aussi joli que ton visage dans tes yeux qui brillent.
En prémisses je te donne quelques lettres aux reflets de ta grâce si belle.
Toi en qui ma plume ne voit que la plus belle des jolies roses en merveille.

Un jour tu seras encore plus belle d'un bonheur qui inondera ton âme.
Ton cœur rose à nouveau n'aura plus de pleurs et je serais cette flamme.
Alors tu seras prête à l'offrir à un autre avec la plus belle sérénité.
Moi l'ange de passage je retournerais à mon étoile vous laissant vous aimer.
avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 04.09.12 15:09

Le bruit de la cascade arrive à moi et déjà je ressens son goût de paradis.
Les douces vapeurs qui s'échappent de l'eau me guident à elle comme une envie.
Un temps bref me sépare de la premiere fois ou je l'ai vu si magnifiquement belle.
Chemin de hasard m'avait conduit ici pour m'y reposé sous un si magique soleil.

La belle était dans l'eau et se baignait sous la cascade je la distinguais à peine.
Timidement et un peu ébahis je me suis assis laissant derrière la plaine.
La grâce qu'elle avait dans chacun de ses gestes envoutait mon âme.
Fort étonné déjà de voir ce tableau idyllique j'ai été touché par la belle dame.

Les émotions étaient si denses et quand elle est arrivé à moi j'ai perdu pied.
Une beauté impossible à dépeindre par mon esprit qui semblait tronqué.
Irréel et pourtant devant moi au bord de m'évanouir et à finir dans ses bras.
Je l'ai cependant aidé à sortir de l'eau moi qui étais dans tout mes états.

Après moultes incertitudes à se déplaire nous avons lien parole en douceur.
La belle si jolie était comme moi si triste croyant cette cascade étant ses pleurs.
Peine à son cœur alors d'un amour qui l'avais oublié ici pour ne plus revenir.
Par dédain souvent elle venait baigner ici pour essayer de voir l'avenir.

Nos cœurs en de paroles sages ont fusionné au point de ne devenir qu'un.
Nous avons consolé nos peines aux nuages gris et dans l'eau jeté nos chagrins.
Sans même le voir arriver nôtre amour est né en un sentiment de protection.
Que peut il nous arriver à présent mon cœur est le sien et en moi sa passion.

Bientôt nous arrivons au pied de la cascade encore plus belle qu'avant.
La chute est limpide comme du cristal et n'est plus le fruit des pleurs.
De jolies fleurs ornent les bords de l'eau et s'y reflètent à nos yeux.
Quand nous y venons l'émotion du premier jour est intact pour nous deux.

Jamais nuages gris n'est la quand près de la cascade nous sommes amoureux.
S'il y a un nuage qui passe aucunes craintes de voir mauvais temps à nos yeux.
Si cela arrive nous riions sachant qu'un ange par la écrira dessus le plus beau.
Un je t'aime orné de cœurs et alors la cascade devant nous portera les mots.

Restons un moment mon amour au berceau de nos vies et aimons nous.
Regarde chérie même les anges faisant œuvre la haut sont devant nous à genoux.
Regarde le soleil passer ses rayon aux nuages pour écrire notre amour.
La chute est si belle et les mots coulent à nous et ils seront ainsi pour toujours.

avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Farahil Hawthorn le 02.10.12 5:55

A mon pere

Plus qu'un ami, c'était mon père
Un homme de bien , un homme de paix
C'était mon héros, mon repère
Et je l'admirais en secret

Un coeur aussi grand que la terre,
Il me parlait souvent d'égalité,
Il avait en lui cette lumière,
De ceux qui savent espérer.

Cet homme là c'était mon père
Il est mon âme et ma fierté
C'était mon étoile en plein hiver
et je continue à lui parler

Un coeur aussi grand que la terre
Il m'aura appris à oser
Il avait dans ses yeux la lumière
La justice et l'humanité,

Et voila que maintenant quand je ferme les yeux
Il n’y a plus que le silence lourd et vitreux
Il n’y a pas si longtemps tu riais si fort
Tes petits enfants couraient de tous les bords

Et maintenant c’est le silence
Silence de mort
Mes oreilles a sa voix resteront bouchées
Plus jamais mon père je n'entendrai

Pourtant si j’ouvre grandes les parois de mon cœur
Je l’entends de nouveau, quel bonheur
le voir faire le fou près du sapin de Noël
Essayer par tous les moyens d’arrêter nos querelles

Tout ça reste si clair en moi
Mon père, même si j’ignore le pourquoi
Ma peine mes regrets sont toujours là
Lui ai je dis à quel point je t’aime, je ne crois pas

Mais le dit-on assez une fois qu'il n’est plus là
Il ne nous reste qu’a regretter.
Mon père, ma joie, ma fierté
Merci d’être venu sur terre, pour me permettre de t’aimer

avatar
Farahil Hawthorn

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lais et légendes d'Arda.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum