Brève histoire de Kadar-hil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Brève histoire de Kadar-hil

Message  Anthelme le 10/9/2012, 11:26

Une légende fait remonter le nom de Kadar-hil à l'époque d'Elendil, indiquant que le nom 'Cité du Prince' est dû à la présence d'Isildur qui s'y serait installé entre la chute de Minas Anor au Gondor et le départ de la Dernière Alliance pour le front. Une autre tradition associe le nom à Valandil, héritier d'Isildur, qui aurait vécu dans la cité pendant sa minorité, alors qu'Elrond assurait la régence du royaume d'Arnor.
N'en déplaise aux fiers habitants de Kadar-hil, les deux hypothèses sont hautement improbables : tant Isildur que Valandil vivaient plus certainement à Annuminas. Le terme 'hil' est sans doute plus à prendre dans le sens large de 'héritier' plutôt que celui de 'prince' et est probablement lié à la dynastie marchande qui a chaperonné la ville à ses débuts en tant que cité d'importance.


Les origines de la ville ne sont pas clairement identifiées. Il est certain qu'elle existait, sans doute sous forme d'un rassemblement de quelques maisons de chasseurs ou d'agriculteurs, avant la fondation de l'Arnor et qu'elle a pris de l'importance par la suite. Bien que nichée dans les Hauts du Sud et dominant une portion de la Grande Route de l'Est, Kadar-hil ne disposait pas d'une position stratégique aussi importante que celle d'Amon Sûl. Elle a cependant bénéficié rapidement, sous l'impulsion des riches familles marchandes, de remparts conséquents pour se protéger de la convoitise suscitée par sa richesse grandissante.

En effet, bien que moins bien placée que Bree installée sur un carrefour de deux grandes voies, la cité a su mettre en place une industrie manufacturière profitant du vent : de nombreux moulins furent érigés pour brasser la bière, fouler les textiles, actionner les scieries, moudre le grain ou encore fabriquer du plâtre. D'autres commerces vinrent petit à petit s'adjoindre comme la bijouterie, la ferronnerie, la maroquinerie... Kadar-hil fut ainsi connue comme la cité des moulins, spécialisée dans l'artisanat haut de gamme fournissant les cours.
Dans le prolongement de son activité manufacturière elle devint un centre d'échanges : des marchés artisanaux y étaient organisés régulièrement ainsi que, dès le premier siècle du Tiers Age, une grande foire tous les 3 ans.

Kadar-hil resta une cité prospère tout au long de l'existence de l'Arnor, puis son déclin commença après la partition du royaume en trois. Cité marchande avant tout, elle supporta mal la méfiance entre les trois nouveaux royaumes qui entraîna une baisse des échanges. Elle perdait en plus la protection d'Amon Sûl, dont elle était séparée par la Grande Route de l'Est marquant la frontière entre l'Arthedain et le Cardolan.
Conscients du danger les habitants entreprirent bien d'entretenir et améliorer les fortifications, mais ils ne disposaient plus de leur richesse d'antan et leurs forces armées ne brillaient pas par leur expérience : Kadar-hil souffrit d'escarmouches allant s'intensifiant, en particulier avec le Rhudaur, et beaucoup préférèrent quitter la ville pour s'enfoncer plus à l'intérieur du Cardolan. Lors de l'assaut des forces de l'Angmar en 1409, la cité fut prise en moins de deux jours et complètement dévastée.


Les ruines demeurèrent en l'état, seulement habitées à l'occasion par quelques vagabonds, brigands, chasseurs ou aventuriers. Seule Bree, plus à l'ouest, arrivait à concentrer assez de population pour garder le titre de ville, bien qu'avec la disparition successive du Cardolan et de l'Arthedain son statut administratif restât flou. Vers 3019 du Tiers Age, alors même que la Terre du Milieu vivait des heures sombres et que la guerre étendait à nouveau son ombre, Kadar-hil commença à être reconstruite sous la férule de marchands, d'aventuriers et de personnes se réclamant de l'héritage du Cardolan.
avatar
Anthelme
Admin

Nombre de messages : 828
Age : 39
Location : Albi
Date d'inscription : 13/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Brève histoire de Kadar-hil

Message  Anthelme le 29/9/2012, 15:09

Charte de la ville de Kadar-hil

établie en décembre 651 - 3A par décret du roi Valandur

1) Valandur, Héritier d'Elendil et Roi d'Arnor, déclare par la présente octroyer à la cité de Kadar-hil le statut de ville libre lui permettant d'établir ses propres lois, institutions et taxes. Les articles suivants ont été établis par le Conseil de Ville et approuvés par le Bailli, protecteur des intérêts royaux, et établissent la Charte de Kadar-hil, approuvée par moi.

2) Le Bailli est nommé directement par le Roi et ne dépend que de lui. Il n'intervient pas dans les affaires de la cité mais peut à tout moment invalider et annuler une disposition prise par le Conseil de Ville s'il estime qu'elle sort du périmètre de ce décret et va à l'encontre des intérêts du royaume.

3) Le Conseil de Ville est chargé de gérer les affaires de la cité et de produire tous les textes établissant les règles législatives et commerciales nécessaires à la bonne entente entre les habitants et à la prospérité de la ville. Il est composé d'un Mestre, d'un Légat et d'un Echevin.

4) Le Mestre représente les artisans et commerçants. Il est désigné par eux selon des modalités et pour une durée décidée en concertation et en interne par les différentes corporations.

5) Le Légat est désigné en leur sein par les familles issues de la noblesse arnorienne installées dans la cité. La durée de son mandat dépend de l'entente et de la bonne volonté des familles qui le nomme et le révoque selon leur bon vouloir. L'appartenance à la noblesse est scrupuleusement consignée dans les registres de l'Office Notarial. En cas d'absence complète de nobles pouvant prétendre à la charge, cette dernière est confiée par l'Office Notarial à la personne la plus riche de la ville.

6) L'Echevin est élu par la populace une fois l'an. Les élections sont organisées par l'Office Notarial qui veille à leur bon déroulement. Y participent tous les habitants de la ville qui ne font pas partie de la noblesse et qui ne relèvent pas d'une corporation. Il n'y a pas de limite au nombre de mandat d'échevin, consécutifs ou non, qu'une même personne peut obtenir.

7) L'Office Notarial est chargé de l'enregistrement et de la validation de tous les documents officiels, titres de propriété, quartiers de noblesse, arrangements commerciaux, résultats d'élections, contrats de mariage... Il tient à la disposition de tout-un-chacun les documents publics et garde au secret les documents privés, ne les produisant qu'à l'intention du Prévôt si celui-ci en fait la demande pour juger une affaire qui lui est confiée et pour laquelle le document apporte un élément de compréhension. Toute demande de ce type devra être faite par écrit et justifiée, toute réponse à cette demande également.
Le Notaire recrute selon son bon vouloir des hommes de loi ou ayant fait montre d'une grande rigueur dans leur attitude. Le Notaire est désigné par les membres de l'Office Notarial.

8 ) Le Roi renonce à l'ensemble de ses droits commerciaux et financiers en échange d'un impôt unique versé une fois l'an. Le montant de cet impôt est établi en concertation entre le Bailli et le Conseil de Ville selon les recettes de l'année écoulée. La Cité est libre d'organiser toutes les activités qu'elle estime nécessaire à l'augmentation de ces recettes.

9) Le Prévôt est nommé par le Conseil de Ville et ne peut être démis de ses fonctions que par la mort, le Roi ou sa propre volonté. Il est chargé de l'application des lois et coutumes de la ville et a de ce fait toute autorité pour maintenir l'ordre public et appliquer la justice.
Le Prévôt peut prononcer des peines d'enfermement, de bannissement, de confiscation, d'amende, de destitution y compris pour les membres du Conseil de Ville... Il ne peut cependant prononcer de peines de sang, qui restent l'apanage de la justice royale et sont donc soumises à l'approbation du Bailli.
L'action du Prévôt se limite au territoire de la ville, qui comprend la cité elle-même et la campagne environnante sur une distance de 6 lieues depuis la place centrale.

10) Toute personne qui évolue sur le territoire de Kadar-hil est soumise à ses lois et à sa justice. De même, le Prévôt n'appliquant pas de peine de sang, un citoyen de Kadar-hil jugé hors des terres de la cité ne peut non plus être condamné à des peines de sang, hors la justice royale. Dans le cas contraire, le Conseil de Ville peut entamer les représailles qu'il jugera nécessaires et également faire appel au Roi en vertu de cette charte.
avatar
Anthelme
Admin

Nombre de messages : 828
Age : 39
Location : Albi
Date d'inscription : 13/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum