Eall Iseldis staer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eall Iseldis staer

Message  Engelwine le 25.10.12 13:57

Eall Iseldis staer
(*juste l'histoire d'Iseldis)

Préambule

Parfois il suffit de peu de choses pour qu'une histoire puisse voir le jour... un lieu, des rencontres, des batailles épiques... et même si ce n'est qu'une trace infime dans l'histoire d'Arda, elle participe à sa mémoire...

Voici le récit d'Iseldis Aéledfeorh, dont l'histoire aurait pu s'arrêter à la mort de son cher rohir Beorden. Heureusement, il n'est pas digne d'une Aéledfeorh de se laisser abattre et malgré le chagrin, il faut regarder devant, continuer de se battre et trouver la raison pour laquelle on est en vie. Reste à espérer que le destin entende cet appel.



Parmi les rohir.

Stangarde… cet avant-poste me paraissait si petit par rapport à Underharrow, et pourtant, il était placé à un endroit stratégique et en cela, il était un lieu important qu’il fallait protéger. J’étais au pas derrière Engelwine, parmi mes autres frères qui s’étaient portés volontaires pour prêter main forte à Stanric. Enfin volontaire… Gutlàf Cairl ne m’avait pas laissé le choix. J’avais un peu perdu pied depuis la mort de Beorden. J’accordais tellement peu d’importance à mon existence que je me rendais même plus compte que je prenais bien trop de risques lors de mes missions. En effet, être utile aux autres me permettrait surement de voir les choses sous un autre angle.
Il y avait peu de monde ici, Stangarde avait essuyé plusieurs attaques et de nombreux frères avaient péri pour protéger le camp. Trop habituée à vivre parmi mes frères de lance, j’installai naturellement ma paillasse dans le baraquement prévu pour les soldats. Certains riaient et échangeaient quelques messes basses, d’autres souriaient en coin en me toisant. Je me contentai d’hausser les épaules et rangeai mes affaires dans un coin de la pièce. Au même moment, Engy arriva.
« min nefa ! » criai-je en souriant. Les hommes se regardèrent et j’entendis un rohir murmurer « par Eorl… une autre de la lignée… » Je fis mine d’ignorer ses propos et m’avança d’un pas décidé vers Engy tout en ceignant ma taille de mes armes de prédilection. Elle me regarda puis son regard fila derrière moi…
« Tu vas dormir ici ?
- bah quoi ? A ton avis, Je faisais quoi à Underharrow pendant les missions ?
- hmm oui mais bon c’est parce que tu n’avais pas le choix… ici tu as une maison pour les femmes…
- il est déjà plein… et puis je me sens plus à l’aise ici…
- Regarde-les… eux ne le sont pas. Engy me montra la tête des rohirs d’un signe du menton.
- Bah… ils s’y feront… et puis, le peu que j’ai pu entendre ici… – je pris un ton malicieux - apparemment la réputation des Aéledfeorh est déjà faite ! » Je souris en fixant ma cousine et ajoutai « Et puis, après un coup d’hydromel de ma réserve, tu verras on deviendra les meilleurs amis d’Arda ! »
Engy me prit par les épaules et me serra contre elle. « Je suis si contente que tu sois là… ». Nous partîmes ensemble à l’entrainement, l’histoire de nous dégourdir un peu.
Je me faisais discrète à Stangarde, de toute façon j’étais rarement là. Stanric profitait de mes compétences d’éclaireur pour m’envoyer au plus près de l’ennemi. J’étais donc souvent absente, partant même plusieurs jours sans donner signes de vie, ce qui ne rassurait pas particulièrement ma cousine mais elle n’en soufflait pas un mot, préférant louer Béma et Eorl de me savoir en vie dés que je posais un pied au camp. Je connaissais quelques rohirrim ici sans qu’ils me connaissent, Engy m’avait souvent parlé de ces frères et sœurs de lance de l’ethelleas eored. Elle savait l’importance que j’accordais aux valeurs de notre peuple et se targuait de voir en eux un bon exemple à suivre. Un soir qu’Engy rentrait dans la maison où elle était hébergée, je l’interceptai.
« Engy ! Tiens… je l’avais ramené d’Underharrow, tu verras j’ai progressé en brassage ! » Je lui tendis un tonnelet d’hydromel.
« Tu veux que je serve d’intermédiaire pour saouler mes frères et sœurs ? Tu sais, je me rappelle de cette fameuse mission … où tu as assommé la moitié de la troupe avec ton breuvage…
- Mais non, t’inquiètes pas, il est beaucoup moins alcoolisé, il suffisait de diminuer la quantité de miel. Lui dis-je sur un ton rassurant.
- Bon… on verra cela… Je te préviens que s’ils leur arrivent quelque chose !... » Engelwine montra son point en riant puis m’ébouriffa les cheveux.
Quelques jours plus tard, alors que j’étais assise sur la balustrade du palais de l’hydromel, je vis le rohir qui hébergeait ma cousine sortir de la maison, un tonnelet sous le bras, mon fameux tonnelet... Il était élancé, ses cheveux châtains étaient trop bien coiffés et sa barbe trop bien taillée pour être un simple soldat du camp. Il dégageait une certaine prestance flanqué de ses deux lames à la taille. J’observais la scène sans rien dire, me contentant d’écouter le dialogue tout en fourbissant ma lame. Je ne sais pas pourquoi mais je ne pus m’empêcher de le comparer à Beorden, peut-être parce qu’il me paraissait froid au premier abord comme l’avait été mon cher rohir. Je souriais en coin avec un soupçon de nostalgie dans le regard. Mais, je voyais bien à son comportement avec ma cousine, qu’une fois qu’il connaissait les personnes, il pouvait être un compagnon jovial et au moins - il savait apprécier les bonnes choses – me dis-je à voix basse en regardant mon tonnelet qu’il tenait fermement. Je les regardai se diriger vers la maison de la belle rohiril rousse d’un air détaché. Je continuais à passer ma pierre huilée sur la dague que m’avait offerte mon père sans que quiconque me remarque. Engy me raconta plus tard que certains avaient un peu grimacé, mais elle reconnut que le fait de se resservir était le gage que mon hydromel avait un certain potentiel gustatif.

L’annonce d’Engelwine

Un matin, je retrouvais ma cousine à l’entrainement. Après une petite joute pleine d’entrain, elle s’approcha de moi.
« Isel, je vais repartir pour l’Eriador rejoindre mes compagnons. Ils ont besoin de moi et moi aussi j’ai hâte de les revoir.
- Quoi ? Tu m’abandonnes ici ? Dis-je en plaisantant. Rah ! Mais tu ne tiens jamais en place !
- Non, en effet… c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour palier l’absence de Mioril »
Je posai ma main sur l’épaule d’Engy et repris d’une voix douce.
« J’espère qu’un jour ton obstination à l’attendre paiera… je ne peux te blâmer, pour avoir connu l’amour même si cela s’est...mal terminé. Je marquai une pause avant de reprendre. Si dans les mêmes circonstances que toi, j’avais eu une chance de revoir Beorden… j’aurai fait preuve du même espoir min nefa… ». Je serrai Engy contre moi et elle me rendit cette étreinte. Je repris la parole sur un ton plus léger avant de sombrer dans la mélancolie.
« Et tu vas faire quoi là bas ?
- Nous partons en mission, il semblerait que mes compagnons aient une piste pour retrouver une cité perdue du Cardolan. Et je ne serai pas de trop lors de ce voyage, je m’en voudrai s’il arrivait quelque chose à l’un d’entre eux…
- Et moi ? Tu ne t’en voudrais pas s’il m’arrivait quelque chose ?
Engy se mit à rire doucement. – Biensûr ! gesaelig… (*imbécile) mais tu sais, je leur dois tant… ils étaient là pour nous accueillir avec Mioril, là quand Mioril est parti, là quand j’en avais besoin… c’est ma deuxième famille.
- Je comprends… j’ai hâte de les rencontrer, rencontrer ceux qui ont pris soin de ma cousine… »
Je souris tout en regardant Engy. Elle enchaina avec un ton qui laissait peu de place à la négociation.
« En fait, je ne te laisse pas vraiment seule…
- Je ne comprends pas
- J’ai dit à Silfried… celui qui m’héberge, où tu logeais…
- Et ? J’appuyais longtemps sur le son « é » en finissant par un ton aigu.
- Il trouve anormal que tu dormes parmi les soldats et surtout… - Engy hésitait – j’avoue… je lui ai parlé un peu de ton histoire et pourquoi tu es ici… »
Je crispais un instant mes lèvres tout en scrutant les yeux bleus de ma cousine.
« Bien, et donc ?
- Tu plis ta paillasse et range tes affaires, je t’amène devant Silfried Thane pour une petite présentation vu qu’il va t’héberger à ma place. Tu verras, c’est quelqu’un de bien et droit. J’ai confiance en lui. » Ses paroles furent directe et sans ambages comme un ordre.
Je me demandai ce qui m’avait cloué le bec, le ton d’Engy, le fait d’apprendre que le rohir où logeait ma cousine était thane, ou le fait qu’il m’accordait un toit sans même me connaitre, à une rohiril qui plus est. Je n’insistai pas. Si ma cousine avait confiance en lui, je me devais de la croire. Peut-être lui avait-elle demandé de garder un œil sur moi comme un service. Tout en maugréant sur le fait que j’étais assez grande pour me garder toute seule, je retournai au baraquement attraper mes affaires. Je ne sais pas si c’était moi qui avais rêvé mais je crus entendre un soupir de soulagement de la part de mes frères en me voyant quitter les lieux. Je mémorisais leurs visages en espérant régler leur compte au prochain entrainement.
avatar
Engelwine

Nombre de messages : 758
Date d'inscription : 19/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum